Les couleurs d’un premier rendez-vous

Bon, cette fois je suis en retard pour le ZODIAC WRITING CHALLENGE du mois de septembre. Il faut dire que j’ai mis un temps fou à choisir parmi les thèmes proposés qui étaient « Avant Internet », « Parler tout seul », « Calme » et « Rouge ».
J’ai finalement opté pour le dernier…
Rouge. Une couleur vive pour un rendez vous sombre…

***

Les couleurs d’un premier rendez-vous

Elle court. Terrifiée.
Si terrifiée qu’elle ne ressent pas la douleur de ses blessures.
Il fait nuit noire et le temps est glacial.
Elle entend son pas lourd derrière elle. Juste derrière. Il n’est pas loin. Se rapproche. Va bientôt la rattraper…

Tout avait bien commencé pourtant… C’était leur premier rendez-vous. L’instant où tout parait possible. Celui qui rend fébrile et impatient. Celui qui transporte sur un petit nuage et fait croire au plus beau rêve. Rassurée par leurs échanges sur les réseaux sociaux, elle avait accepté de le rencontrer et de faire évoluer leur relation virtuelle.
Elle avait passé l’après-midi à se préparer avec soin. Manucure, pédicure, épilation, gommage et maquillage… Rien n’avait été laissé au hasard. Le plus difficile avait été de trouver la robe de circonstance et elle avait longuement hésité devant son dressing.
Elle avait finalement opté pour la verte. Ni trop longue, ni trop courte et moulante à souhait. Elle lui allait à merveille et sa couleur reflétait parfaitement sa personnalité optimiste et naturelle. Son espoir aussi.
Dès le premier regard elle avait été séduite. Il s’était montré sûr de lui, tendre et drôle.  Il avait beaucoup parlé. Elle avait bu ses paroles… Pas mal de vin aussi. Le temps était passé sans qu’elle s’en aperçoive et le restaurant s’était vidé. Le moment de se quitter était arrivé trop vite. Alors elle n’avait pas pu résister, n’avait pas su dire non et s’était retrouvé chez lui devant une coupe de champagne.
Puis tout avait basculé. Sa douceur s’était envolée dès le premier baiser.  Son ardeur s’était transformée en agressivité, puis en brutalité. Aussitôt elle s’était rebellée mais face à sa résistance il était devenu fou et avait laissé libre cours à sa violence. Alors elle s’était débattue de plus belle et quand elle avait senti ses mains se fermer sur son cou elle avait rassemblée toutes ses forces pour lui asséner un coup de pied entre les jambes. Puis elle avait fui sans penser à autre chose qu’à sauver sa vie.
Maintenant elle court dans les rues désertes de la ville. La tenue qu’elle avait considérée comme un atout se révèle être un handicap et la gêne dans sa course : à chaque foulée le tissu remonte sur le haut de ses cuisses et l’empêche d’allonger le pas…
Ne pas perdre de temps à se retourner mais prendre celui de retirer ses chaussures qui résonnent sur l’asphalte autant que son cœur dans sa poitrine. Ne pas paniquer, tenter de réfléchir pour trouver le moyen d’échapper au prédateur.
Tout en maintenant le rythme, elle regarde autour d’elle à la recherche d’un lieu où se réfugier, d’une personne qui pourrait la secourir. Mais rien ni personne ne semble pouvoir la sortir de ce mauvais pas. A moins que… Ce porche là-bas, à l’abri de la lumière… de l’autre côté de la rue. Avant qu’il ne la trouve elle pourra peut-être appeler les secours.
Elle traverse. L’espoir d’une infime chance d’y parvenir l’envahi à nouveau en même temps qu’augmente la peur d’échouer si près du but.
Encore deux enjambées et elle sera à l’abri. Les pas derrières elle se sont tus mais elle croit entendre une autre respiration que la sienne…
C’est alors qu’elle le voit. Là, devant elle. Il la regarde en ricanant.  Entraînée dans sa course folle, elle ne peut s’arrêter et se dirige droit sur lui. Quand elle distingue la lame de son couteau il est trop tard. Déjà l’acier lui lacère les entrailles.
Ses jambes se dérobent et ses yeux se voilent.
Elle s’effondre violemment sur le sol.
Un mince filet de sang s’écoule de sa bouche entrouverte et une tache rouge souille sa robe couleur espoir.
© Jos Gonçalves le 2 octobre 2019

2 réflexions sur “Les couleurs d’un premier rendez-vous

  1. Sabrina P. 5 octobre 2019 / 6 h 34 min

    Ouf ! Quel texte haletant. Le ryhtme ne nous laisse aucun répit jusqu’à la chute tragique qui répond à la consigne ROUGE. C’est très bien mené tout du long. J’aime beaucoup tes phrases courtes pour la description de la préparation ainsi que le zeugma bu ses paroles / du champagne. Ta nouvelle est prenante, et j’espère que tu vas tenter le concours Au-feminin avec un texte de la sorte !

    Pour la remarque, je trouve cette phrase un peu lourde, et pas trop utile dans le moment de tension. « L’espoir d’une infime chance d’y parvenir l’envahit à nouveau en même temps qu’augmente la peur d’échouer si près du but. »

    Encore un plaisir de te lire, même si ce n’est pas un texte léger :). Belle journée à toi, Sabrina.

    J'aime

  2. marinadedhistoires 16 octobre 2019 / 7 h 31 min

    Waouh, quelle horreur !!! Pauvre femme naïve dans son désir d’amour… Tu racontes super bien, bravo.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s