L’HOMME QUI DANSE AVEC LES LIGNES

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture n°281 du 26 octobre 2017 sur Bric à Book

281-23 Oct. 2017-arabesques
©Jordane Saget

Il n’aurait su dire pourquoi mais il savait qu’il était au bon endroit, que cette passerelle était le lieu idéal pour accomplir son œuvre qui deviendrait incontournable pour tous ceux qui s’engageraient dans ce passage.

Après un coup d’œil rapide mais expert, Jordane décida de s’installer non loin d’un point de lumière pour qu’à la nuit tombée son tableau éphémère se trouve sous les feux de la rampe. Il s’empara d’une des nombreuses craies blanches stockées dans la sacoche qui ne le quittait plus et commença sa danse rituelle.

Dès qu’il écrasa la craie sur le sol, il sentit cette infime résistance au mouvement qu’il aimait tant et qui le transcendait. La rythmique des sons émis par le bâtonnet blanc provoqua ces vibrations invisibles qui invariablement l’envahissaient et annonçaient le coup d’envoi de sa chorégraphie. Aussitôt les premières marques apparurent. Sous l’effet de ses gestes intuitifs mais précis et au gré du hasard et des imperfections du support, trois lignes ondulantes et parfaitement parallèles s’entrelacèrent et commencèrent à couvrir une partie du bitume.

Les passants étonnés s’arrêtaient un instant pour assister à l’éclosion de l’arabesque et profitaient ainsi du spectacle dansant offert par Jordane. Chacun d’eux interprétait de façon différente le tracé sinueux qui s’étalait à ses pieds mais tous s’accordaient à dire qu’il offrait une vision nouvelle de leur quotidien, donnait un relief à leur ville qui s’en trouvait embellie. Certains n’osaient piétiner le dessin et restaient immobiles à le contempler. Ils se questionnaient sur  les raisons qui conduisaient l’artiste à produire ces traits alambiqués, s’interrogeaient sur son état d’âme qu’ils supposaient aussi tortueux que son œuvre. D’autres au contraire, l’enjambaient pour le voir sous un autre angle ou pour continuer leur chemin. Mais personne ne restait indifférent devant l’enchevêtrement des courbes qui formaient un labyrinthe poétique et quelque peu énigmatique.

Une œuvre naît souvent de douleurs intenses, d’accidents de la vie… L’homme qui danse avec les lignes a certainement ses blessures et ses fresques sont peut-être le reflet de son parcours tourmenté. Mais qu’importe ! Il sait se servir de ses épreuves et en tirer le meilleur pour développer sa créativité, la partager et nous en faire profiter…pour notre plus grand plaisir.

©Jos Gonçalves le 26 octobre 2017


 

21 réflexions sur “L’HOMME QUI DANSE AVEC LES LIGNES

  1. Valérie 26 octobre 2017 / 15 h 50 min

    Un super hommage àJorane, on le voit, on ressent avec lui les vibrations, on imagine les passants, leurs interrogations, leurs éloges, leurs critiques…J’adore. Depuis que Nady a vendu la meche sur sa presence le 4 je suis super contente car pour une fois j’etais allee fouillée pour savoir qui il etait et j’ai beaucoup aimé. merci a toi

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 27 octobre 2017 / 12 h 26 min

      En allant sur le net pour en savoir plus sur Jordane, j’ai appris que les passants s’arrêtaient souvent bien sur quand l’oeuvre était terminée mais aussi pendant sa réalisation. Certains même (notamment pendant les attentats) sont intervenus en apportant leurs inscriptions. Un artiste ne peut être que touché par ces regards et ces interventions ! Quant au 4 novembre, c’est une vraie chance que nous avons de le rencontrer ! J’ai hâte aussi ! Merci de ta visite Valérie.

      J’aime

  2. Antigone 26 octobre 2017 / 19 h 35 min

    Oui on sent très bien que certains savaient ce que faisait l’artiste. C’est joli ces oeuvres éphémères.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 27 octobre 2017 / 12 h 21 min

      Oui et le fait que ces œuvres soient éphémères provoque presque une urgence à les regarder et à y plonger avant qu’elles ne s’effacent ! Merci de ta visite Antigone.

      J’aime

  3. Nady 26 octobre 2017 / 21 h 49 min

    un très bel hommage au travail de Jordane ! J’entendais la craie sur le bitume en te lisant, je le voyais danser pendant sa création ! Tu as un art de la description extra ! bravo ma belle amie !

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 27 octobre 2017 / 12 h 19 min

      Merci Nadine ! Oui je n’ai jamais vu Jordane en pleine création, mais je l’imagine danser au rythme de l’évolution de son oeuvre !

      J’aime

  4. Julie G 27 octobre 2017 / 14 h 15 min

    A mon tour de découvrir votre blog! Magnifique texte et belle découverte pour moi! Vous avez une certaine puissance dans les descriptions des ambiances qui fait qu’on s’y croit! @ bientôt

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 27 octobre 2017 / 15 h 24 min

      Merci Julie de votre visite dans mon univers et de votre commentaire ! J’espère vous y voir souvent !

      J’aime

  5. Mélie 27 octobre 2017 / 15 h 47 min

    Je suis contente de voir un homme en tant que personnage principal. On a envie de continuer à le voir évoluer lui et sa craie.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 27 octobre 2017 / 16 h 49 min

      Merci Mélie. C’est vrai que les textes étaient très « féminins » cette semaine. Quant à l’évolution de Jordane, je ne me fais pas de soucis ! Il évolue à vitesse grand V. Cet artiste égaille les rues de notre belle capitale et bien d’autres endroits en France (et à l’étranger aussi !) et je lui souhaite tout le succès qu’il mérite. A bientôt Mélie ! 🙂

      J’aime

  6. janickmm 28 octobre 2017 / 7 h 44 min

    C’est vrai qu’il y a cet effet d’optique avec la lumière du lampadaire et l’endroit doit être choisi judicieusement, mais en plein jour cela doit claquer aussi, et sûrement aussi lors d’une exposition, n’est-ce pas ? Tu nous le raconteras, dis ?

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 28 octobre 2017 / 8 h 22 min

      Oui c’est certain ! Effets d’optique avec la lumière et les volumes aussi ! En allant « visiter » le lieu avec Nady j’ai pu voir les différents supports possibles qui donnent aux œuvres des dimensions différentes…
      Merci Janickmm de ton commentaire et bien sûr que je vous raconterai ! 🙂

      J’aime

  7. Claude 29 octobre 2017 / 9 h 34 min

    Bravo Jos pour ton texte qui est à la fois un bel hommage à Jordane que je ne connais hélas pas, et aussi à tous ceux qui pratiquent un art éphémère. Tu as très bien décrit la démarche et les regards divers. Merci.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 30 octobre 2017 / 8 h 34 min

      Merci Claude ! J’aurais aimé le rencontrer en pleine chorégraphie, au détour d’une rue : en plus de l’oeuvre et de sa danse, j’aurais certainement découvert les réactions des passants. Merci de ta visite Claude !

      J’aime

    • Josplume 30 octobre 2017 / 8 h 52 min

      C’est tout a fait ce que je voulais faire ressortir : les deux plaisirs procurés par l’artiste, celui de l’oeuvre accomplie et celui de l’exécution même de l’oeuvre. Merci de ta visite Blandine !

      J’aime

  8. Valou076 30 octobre 2017 / 22 h 20 min

    J’adore les dessins réalisés comme cela sur le sol, et si lâchement nettoyés d’un coup de lessiveuse mécanique, aux premières lueurs du jour. Dommage que cela ne se produise jamais dans ma ville, je trouve cela tellement beau.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 4 novembre 2017 / 10 h 09 min

      Non seulement ces œuvres sont belles mais en plus elles font rêver ! Merci de ta visite Valou !

      Aimé par 1 personne

  9. thontine1 31 octobre 2017 / 9 h 30 min

    Quels talents. Celui de Jordane s’exprimant , je l’imagine avec sa sacoche de craies, Celui des passants , attentifs, admiratifs, peu sont indifférents finalement, et enfin le tien,de nous emporter facilement vers tes songes …

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 4 novembre 2017 / 10 h 18 min

      Un grand merci pour ce commentaire ! Quel dommage que tu ne sois pas sur Paris. Nous rencontrons Jordane Saget cet après midi à l’occasion d’une lecture de quelques uns de nos textes. Un moment de partage qui promet beaucoup d’émotions et auquel j’aurais aimé que tu participes… L’année prochaine peut-être, en s’organisant un peu ! 🙂
      A bientôt Thontine.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s