« AU CŒUR DE L’INCERTITUDE IL Y A TOUJOURS L’ESPOIR, SI FRAGILE SOIT-IL.» Robert Choquette

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture n°276 du 18 septembre 2017 sur Bric à Book

276-18 Sept. 2017 - Romaric Cazaux
© Romaric Cazaux

Tout s’effondrait autour de lui…

Le sol se déroba sous ses pieds et l’empêcha de franchir le seuil de la maison qu’il occupait depuis 30 ans. Anéanti, il s’assit sur les marches du perron de son presbytère, oscillant entre des sentiments contradictoires qui l’oppressaient et paralysaient sa pensée. La colère, la honte, l’incompréhension, le doute, l’injustice et la déception se succédaient…

Le rendez-vous qui venait de faire basculer sa vie repassait en boucle dans son esprit et la lettre froissée qu’il tenait dans la main lui brûlait les doigts. Son contenu était sans appel : en raison de son existence qui scandalisait et désorientait un grand nombre de paroissiens, on le déchargeait de sa responsabilité de curé.  Lui qui avait consacré sa vie au Christ et à ses frères, lui qui avait vécu dans un isolement affectif sans fond et avait fait de l’église sa seule famille, se sentait aujourd’hui abandonné de Dieu et privé de sa raison d’être.

Il leva la tête et regarda le ciel pour s’adresser au Tout-Puissant. Seigneur ! Pourquoi mes sentiments pour cette femme sont-ils un sacrilège ? Un homme frustré fait-il un meilleur curé ? Faut-il être un Saint pour être un bon prêtre ? En quoi ces deux amours sont-ils incompatibles ? Je ne peux croire que vous soyez à ce point exclusif, que vous attendiez de votre serviteur le renoncement à la vie de couple et l’abnégation totale de lui-même. Vous savez que le cœur est extensible ! Une mère aime-t-elle plus son enfant quand elle n’en a qu’un ? Et un homme aime-t-il moins ses parents quand il ressent de l’amour pour une femme ? Non Seigneur ! Je ne peux imaginez que vous blâmiez deux êtres qui s’aiment…ce serait un non-sens.

Il baissa la tête et sentit renaître l’espoir : Si Dieu existait et s’il n’était qu’amour, alors sa révocation ne pouvait être de son fait mais de celui des âmes bigotes et bien pensantes qui parlaient en son nom !

Il se leva et s’éloigna, tournant le dos à cette église qui ne l’acceptait pas et qu’il ne comprenait plus, mais gardant une foi intacte en ce Dieu au nom duquel on le chassait.

« Au cœur de l’incertitude il y a toujours l’espoir, si fragile soit-il .»  Robert Choquette

©Jos Gonçalves le 18 septembre 2017


 

16 réflexions sur “« AU CŒUR DE L’INCERTITUDE IL Y A TOUJOURS L’ESPOIR, SI FRAGILE SOIT-IL.» Robert Choquette

  1. Adele 18 septembre 2017 / 11 h 09 min

    Et oui , ils sont nombreux les prêtres en proie à ce terrible conflit. Et que dire de la detresse des femmes qui les aiment ?
    L’heure du choix est bien cruelle pour les uns et les autres. Même si les règles du jeu étaient connues à l’avance. S’en accommoder comme font certains ?
    Plusieurs réponses, j’espère.
    Ton texte amène à la réflexion.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 18 septembre 2017 / 22 h 50 min

      Certes « les règles du jeu sont connues à l’avance » mais n’est-il surhumain de demander à un homme d’aller contre sa nature ? N’est il pas hypocrite aussi de traiter ce problème uniquement sur le plan individuel et au cas par cas (quand il est dévoilé au grand jour dans une paroisse) et de le nier sur le plan général en ne le réglant pas… Mais bon, encore un vaste et délicat sujet… Merci de ta visite et de ton commentaire Adèle !

      J’aime

  2. Nady 18 septembre 2017 / 12 h 01 min

    on aurait pu croire qu’on s’était parlé de nos thèmes d’écriture ce week-end ! Je vois bien ton texte à la suite du mien 😉 tu poses les bonnes questions Jos, puisse un jour la situation changer ! Bravo !

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 18 septembre 2017 / 22 h 52 min

      Oui ! C’est vrai que mon texte pourrait être une suite au tien ! Incroyable d’ailleurs ! Quant au changement de situation, il arrivera un jour, j’en suis certaine mais…à moins d’un miracle, je doute que ce soit pour demain ! Merci Nady !

      J’aime

  3. Leiloona 18 septembre 2017 / 16 h 25 min

    Je ne comprends pas en effet cette interdiction. D’ailleurs les orthodoxes peuvent être mariés (s’ils l’ont été avant de s’engager dans la prêtrise.)

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 18 septembre 2017 / 22 h 57 min

      Je ne comprends pas non plus cette interdiction qui n’apporte que solitude et souffrance et qui donne de la religion un sentiment d’intolérance …
      Merci de ta visite et de ton commentaire Leiloona !

      Aimé par 1 personne

  4. Valérie 18 septembre 2017 / 18 h 45 min

    Comme ce doit faire mal en effet de se sentir rejeté par ceux à qui on a tout sacrifié, tout donné… Heureusement ton personnage ne perd pas l’espoir et refuse de croire que Dieu le révoque. J’aime beaucoup ce passage : « Vous savez que le cœur est extensible ! Une mère aime-t-elle plus son enfant quand elle n’en a qu’un ? Et un homme aime-t-il moins ses parents quand il ressent de l’amour pour une femme ? « 

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 18 septembre 2017 / 23 h 00 min

      Oui, je crois qu’entre « Dieu » (s’il existe) et ses « messagers » il y a une grande différence…C’est à mon sens le gros problème de la religion ! 🙂 On prêche l’amour…et on le condamne ! Merci de ta lecture Valérie !

      J’aime

  5. Valou076 19 septembre 2017 / 8 h 05 min

    La question du célibat des prêtres inspire 😊. Ton texte soulève bien le sujet sur la légitimité de maintenir cette règle de vie.

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 19 septembre 2017 / 17 h 21 min

      Oui c’est vrai que beaucoup de textes de l’atelier ont traité le sujet difficile du célibat des prêtres…Si seulement ceux qui peuvent résoudre ce problèmes pouvaient en faire autant ! Merci de ta visite et de ton commentaire Valou76.

      Aimé par 2 personnes

  6. Nath Bertrand 24 septembre 2017 / 7 h 43 min

    Coucou Jos !! Quel bonheur de te lire à nouveau ! Et quel texte ! Bises et à bientôt !

    J’aime

    • Josplume 24 septembre 2017 / 22 h 14 min

      Hello Nath ! Bien contente de ton passage ! Merci pour ton commentaire et à bientôt !

      J’aime

  7. janickmm 24 septembre 2017 / 10 h 04 min

    Superbe ! vraiment superbe ! Quelle belle décision, pleine de bon sens et d’humanité, c’est une belle lecture, merci

    Aimé par 1 personne

    • Josplume 24 septembre 2017 / 22 h 10 min

      Un grand merci Janickmm ! De ta visite et de ton enthousiasme !

      J’aime

  8. thontine1 25 septembre 2017 / 6 h 55 min

    Coucou Jos et merci pour ce texte bien écrit, qui soulève en moi, une « cocasserie » de la religion catholique, qui consiste a ne pas pardonner l’amour d’un prêtre pour une femme, celui ci ayant prononcé ses vœux de chasteté et la réalité nauséabonde où l’on voit de nos jours quelques prêtres « déviants » les prêtres pédophiles, reconnus, avérés et néanmoins protégés par leur hiérarchie. Monsieur Cyclopède aurait conclus par un retentissant : « étonnant non ? « .

    J’aime

    • Josplume 26 septembre 2017 / 17 h 35 min

      Coucou Thontine…J’étais sure que ce texte aller te parler 😉
      Quant aux prêtres pédophiles, il faut quand même savoir que lorsqu’ils sont « punis » la peine est la même que pour les prêtres qui ont « pêchés » avec une femme ! Incroyable et surtout terrifiant ! Merci de ta visite.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s