PRÉJUGÉS

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture n°248 du 9 janvier 2017 sur Bric à Book

© Alexandra K

Hélène avait longtemps hésité avant d’accepter ce voyage qu’elle trouvait peu séduisant. Ce pays qu’elle n’avait jamais visité ne l’attirait vraiment pas… Pire, il la rebutait.

La Roumanie ! Quelle idée de vouloir se rendre dans ce lieu qui lui semblait pauvre, arriéré et dépourvu de chaleur humaine !
Influencée par les clichés souvent négatifs véhiculés sur ce pays, elle associait les roms aux voleurs, les roumains aux communistes et gardait en tête les images terribles de la révolution de 1989 et des années Ceausescu. Insidieusement, elle s’était forgé un jugement erroné et réducteur de ce pays et de ses habitants et avait fait un arrêt sur image sur une époque pourtant révolue.
Ce fut donc à reculons et de mauvaise grâce qu’elle monta dans l’avion qui devait la mener à Bucarest.

Mais si les stéréotypes ont la vie dure, sa surprise fut à la hauteur de son aversion. En lui livrant une image chaleureuse, moderne et traditionnelle, la surprenante capitale la charma et parvint à faire exploser ses à priori. A chaque coin de rue, elle lui offrit son histoire et sa culture, son romantisme élégant et son incroyable architecture et ce fut à regret qu’Hélène la quitta au 3ème jour de son séjour pour découvrir le reste du pays.
Là encore, la beauté brute des paysages, les forêts denses et riches, le charme des nombreux lacs et des collines verdoyantes la subjuguèrent. Elle fût conquise par la diversité architecturale des villes et villages jalonnés d’églises orthodoxes, de monastères, de places centrales accueillantes et reposantes. Chaque endroit lui dévoila une facette différente de ce pays constitué d’une mosaïque de régions et d’atmosphères dépaysantes.

Maintenant installée dans l’avion qui la ramenait à Paris et encore imprégnée des ambiances variées qu’elle venait de traverser, Hélène remercia silencieusement son ami de l’avoir convaincue d’entreprendre ce voyage et se félicita d’avoir su dépasser ses préjugés.

Parmi toutes les images qui défilaient en tourbillon dans sa tête, une revenait plus souvent qu’à son tour, et dessinait à chaque passage un sourire doux et affectueux sur son visage reposé.C’était celle d’une petite maison simple et accueillante dont les habitants spontanés l’avaient reçue avec chaleur et bienveillance et auxquels elle avait fait la promesse de revenir bientôt.

©Jos Gonçalves le 9 janvier 2017


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s