Les couleurs d’un premier rendez-vous

Bon, cette fois je suis en retard pour le ZODIAC WRITING CHALLENGE du mois de septembre. Il faut dire que j’ai mis un temps fou à choisir parmi les thèmes proposés qui étaient « Avant Internet », « Parler tout seul », « Calme » et « Rouge ».
J’ai finalement opté pour le dernier…
Rouge. Une couleur vive pour un rendez vous sombre…

***

Les couleurs d’un premier rendez-vous

Elle court. Terrifiée.
Si terrifiée qu’elle ne ressent pas la douleur de ses blessures.
Il fait nuit noire et le temps est glacial.
Elle entend son pas lourd derrière elle. Juste derrière. Il n’est pas loin. Se rapproche. Va bientôt la rattraper…

Lire la suite

Ultime représentation

Chaque jour Emilie, jeune aide à domicile, rend visite à Maurice. Elle entre dans sa chambre, le salue d’une voix avenante puis ouvre la fenêtre et les volets. Pourtant Maurice reste muet et garde ses paupières closes.
Il est vieux Maurice. Quatre-vingt-douze ans. Il est vieux et fatigué de vivre. En quittant ce monde deux mois plus tôt, Odette sa femme, a laissé un grand vide, une blessure ouverte sur le néant dans lequel il se laisse engloutir dans l’espoir fou de la rejoindre.
En attendant, il se souvient. Lire la suite

Un tsunami de larmes

Nous sommes le 30 Aout ? Déjà ! Il est largement temps de relever le ZODIAC WRITING CHALLENGE du mois alors !!
Sous le signe du Lion, les thèmes proposés ont été nombreux : « La vieillesse », « L’eau qui se retire », « Le concert », « Hypnose », «  Premier baiser », « Marée basse », « La vague », « Le premier homme ».
J’ai choisi « L’eau qui se retire »…
Bonne lecture !

***
La table était mise. L’odeur du risotto de gambas qui mijotait doucement dans la cuisine Américaine envahissait l’espace. C’était le plat préféré de Marc. Léa l’avait préparé pour s’excuser de la dispute – la énième – qu’elle avait déclenchée le matin même avant qu’il parte travailler.
Elle agissait toujours ainsi quand elle partait en vrille et ce stratagème s’avérait efficace : les effluves du mets de prédilection de Marc semblaient être le meilleur messager pour lui faire part de ses remords et lui demander pardon.

Lire la suite

Les vœux d’Estelle

Et c’est parti pour le ZODIAC WRITING CHALLENGE de Juillet !
Ce mois-ci, les thèmes proposés étaient « Dévorer », « Sous une pluie d’étoiles filantes », « Vous avez rendez-vous ? », « Une île », « L’accident ».
J’ai choisi « Sous une pluie d’étoiles filantes »…
Bonne lecture !
***
Pour la nuit des étoiles, Estelle s’était installée au fond du terrain, à l’orée de la peupleraie. Etendue sur son transat, elle avait emporté un plaid léger pour se protéger de la fraicheur qui s’invitait souvent dès le coucher du soleil. Elle avait bien fait. La température avait baissé au fur et à mesure que la nuit était tombée.
L’agitation humaine s’était enfin calmée, étouffant pour quelques heures les sons dont elle était la source. Coassements, battements d’ailes et pépiements, les avaient remplacés pour un temps.
Puis le silence avait envahi l’espace, ponctué par le bruissement délicat des feuilles animées par la brise.

Lire la suite

Une vie arrachée

Ce texte est ma participation à l’atelier n°330 du 8 juillet 2019 de Bric à Book

Tom regarda avec satisfaction le scooter qu’il trafiquait depuis plusieurs jours. L’engin était fin prêt. Après l’avoir « substitué à un veinard qui avait les moyens », Tom avait jugé bon de le rendre plus performant. Il ne s’était pas contenté de le débrider. Non ! Ça c’était pour les petits joueurs. Il avait fait mieux, il l’avait kiter. En modifiant la transmission et en changeant le pot d’échappement, le variateur et le filtre à air, il en avait fait un bolide. Il était maintenant certain de ne pas se faire prendre en pratiquant son sport favori : le vol à l’arraché.
Ne lui restait plus qu’à river la fausse plaque d’immatriculation. C’est ce qu’il fit avant d’enfourcher sa machine.

Lire la suite

Quand le virtuel devient réalité

Ce texte est ma participation à l’atelier n°329 du 1er juillet 2019 de Bric à Book
Monique s’apprête à partir passer le week-end chez des amis. La main sur la poignée de la porte, elle se retourne vers sa fille. Elle n’est pas tranquille. Pour la première fois, elle la laisse seule pendant deux jours à la maison.
– Tu es sûre de ne pas vouloir venir avec moi, Léa ? Ça te changerait les idées…
– Non, M’an ! J’peux vraiment pas là ! Je te rappelle que j’ai ma première épreuve du bac lundi !
– Oui, oui, je sais ! Mais promet moi de m’appeler s’il y a le moindre problème, Hein ! De toute façon, je te téléphone demain main… Bon. Allez ! Bisous ma chérie !
– Bisous M’an !
Mère et fille s’embrassent comme si elles se quittaient pour toujours. Puis la porte claque.
Monique monte dans sa voiture.
Léa se précipite dans sa chambre… et sur son portable.
Elle sourit à la photo qui apparait sur l’écran. Ses pouces s’activent sur le clavier.
– Ma mère vient de partir. YES !!!! Toujours ok pour se retrouver à la plage ? Dans 10 minutes, c’est bon ?
– Trop COOL ! J’arrive !!!
Enfin, ils vont se rencontrer ! Elle ne l’a jamais vu mais le connait si bien.
A travers leurs échanges sur le net, ils ont tissés des liens invisibles et indestructibles. Mélange de complicité, de confiance et même d’intimité. Cela dure depuis plusieurs semaines et malgré le caractère virtuel de leurs rapports, ils sont devenus très proches. D’un message par jour, ils sont passés à plusieurs dizaines. Ils rythment les journées de Léa. Ses nuits même…  La constance de ces rendez-vous – sa fidélité à lui en quelque sorte – la rassure. Elle ne peut plus s’en passer.
Ils sont faits l’un pour l’autre, elle en a la conviction. Agé d’un an de plus qu’elle, il a un petit frère, des parents divorcés et prépare un BTS. Il cherche quelqu’un avec qui partager les moments simples de la vie d’étudiants. Pas une petite amie d’un soir. Non ! Ça, ce n’est pas son genre !
C’est un gars bien ! Celui qu’il lui faut ! Elle en est sûre et rien ne pourra l’empêcher de vivre une histoire avec lui. Ni le Bac… Ni sa mère… Ni sa meilleure amie qui la serine avec ses conseils de prudence « Ça se trouve, derrière le visage angélique de la photo qu’il t’a envoyée, se cache un vieux pervers qui va te sauter dessus à la première occasion ».
Léa hausse les épaules, prend son sac de plage et vole dans les bras de celui qu’elle pense être son prince charmant.
Le lendemain, son corps sans vie fut retrouvé dans un canoé dérivant à quelques mètres du rivage.
© Jos Gonçalves le 1er juillet 2019

L’impossible recule toujours devant celui qui avance

Ce texte est ma participation à l’atelier n°327 du 3 juin 2019 de Bric à Book

© Edan Cohen

Elles étaient jumelles. C’était le jour de leur anniversaire. Chaque année l’épreuve leur paraissait plus difficile, plus longue et plus ténébreuse. Chaque année elles en ressortaient grandies et fières d’avoir surmonté leur peur.

Elles s’étaient arrêtées à la limite de la lumière, juste à l’entrée de la rue obscure. Cette fois le passage leur paraissait impossible à franchir. Etroit et bordé de hauts murs en pierre, sa gueule béante s’ouvrait sur une zone sombre et menaçante. Au bout, le cercle lumineux qu’elles devaient atteindre. Conscientes qu’il leur faudrait bientôt se séparer comme au premier jour, elles se tenaient la main. Le soleil les réchauffait encore, mais du serpent noir qui leur faisait face s’échappait le froid dans lequel elles devaient s’engouffrer.

Lire la suite